Savoir se vendre

L’éducation, lorsqu’elle se retrouve à l’ordre du jour du G8 et du G20, y est toujours abordée à partir d’un cadre idéologique : celui du néolibéralisme. Ainsi, analyser les liens qu’elle entretient avec le G-20 revient à se questionner sur la place du savoir (sa nature, sa création, son acquisition, etc.) dans une société capitaliste. La logique promue par le G20 vise à arrimer l’éducation – comme d’autres domaines de la vie sociale : santé, environnement, etc. – aux marchés afin que cette dernière soit source de profits. Cet arrimage se présente sous différentes formes : principe de l’utilisateur-payeur, marchandisation du savoir, privatisation de la recherche, etc. Or, certaines études ont démontré que ces principes ont des conséquences dévastatrices tant sur la condition étudiante, que sur la diffusion des connaissances et la recherche universitaire.

La conception de l’éducation propre au néolibéralisme considère qu’elle est un privilège, un service et que «l’étudiant est un consommateur qui veut obtenir un service de qualité et qui sera disposé à en assumer le prix. »1 Ce principe de l’utilisateur-payeur nuit à l’accessibilité des études chez les moins nanti-e-s2 en plus de proposer une vision sociale élitiste qui s’oppose à l’idée que l’éducation est un droit auquel tous et toutes devraient avoir accès. Ces mesures favorisent aussi l’endettement étudiant ainsi qu’une augmentation du travail à temps partiel chez les étudiant-e-s, ce qui a un effet négatif sur la persévérance et peut affecter les résultats scolaires.3

En fait, cette logique de l’utilisateur-payeur favorise l’accès à une éducation postsecondaire pour les classes supérieures – qui ont les moyens de payer – et l’orientation des jeunes issus des classes populaires vers des emplois moins qualifiés et donc moins rémunérés. On assiste effectivement à une polarisation sociale où les membres des classes défavorisées ont de moins en moins de chances de s’élever vers un niveau de vie plus aisé alors que ceux des classes supérieures se voient confortés de façon quasi automatique dans leur position dominante. En bref, on démantèle l’ascenseur social qu’était l’éducation accessible pour créer une machine produisant d’un côté des gestionnaires du capital (éducation supérieure) et de l’autre des employé-e-s flexibles, dont l’utilité dépend du bon vouloir du marché.

D’un autre côté, on assiste, dans nos sociétés, à une marchandisation du savoir de plus en plus poussée. Le phénomène n’est pas nouveau en soi : ce concept, développé par Marx, qualifie la transformation de la valeur d’usage (l’utilité) en valeur d’échange, valeur qui peut alors être source de profits. Cette transformation est indispensable au capitalisme. En effet, dans un système économique basé sur l’augmentation constante de la valeur, la recherche de nouvelles valeurs d’échange, parce qu’elle représente des profits potentiels, est une condition de survie.

Toutefois, la transformation du savoir en marchandise est un fait récent du capitalisme, dont on peut dater le commencement au début des années 1970. C’est à cette époque qu’émerge la notion de capital intellectuel et qu’on assiste à l’explosion des droits de propriété intellectuelle qui vont se généraliser dans tous les domaines : recherche, biomédecine, génétique, littérature, etc. Or, ce sont ces droits qui permettent de faire du savoir une marchandise fictive pouvant (et devant) être rentabilisée.4 Dès lors, le savoir n’est plus une richesse sociale à laquelle tous et toutes peuvent avoir accès gratuitement, mais un bien soumis au droit et commercialisable sur le marché. On constate donc que c’est le même principe d’utilisateur-payeur qui est à l’œuvre ici : avec la marchandisation du savoir, il est de plus en plus difficile d’y avoir accès sans devoir débourser.

Cette même logique de rentabilité s’est progressivement imposée dans le domaine de la recherche universitaire, puisque pour faire face au désinvestissement de l’État, les universités ont été forcées de se tourner vers le privé pour trouver du financement. Ainsi, la dynamique capitaliste a là aussi été mise en place : ces dernières doivent maintenant être rentables, c’est-à-dire déboucher sur des résultats pouvant être exploités d’une manière commerciale. Cette intrusion d’intérêts capitalistes ne sera pas sans conséquence : les risques et les coûts seront en grande partie assumés par le public tandis que les profits iront principalement au privé, ce dernier s’appropriant, légalement et par l’intermédiaire des droits de propriété intellectuelle, les résultats de recherches financées à même les fonds publics.5

De plus, la mise en place de cette logique de rentabilité aura des conséquences négatives sur l’indépendance de la recherche (particulièrement dans le domaine des sciences biologiques), sur l’enseignement (peu rémunéré comparativement à la recherche), sur les budgets des départements les moins rentables sur le plan économique, etc. Plusieurs institutions seront aussi victimes de chantage économique de la part de leurs partenaires privés : en 2000 Nike a retiré un financement de plusieurs millions à trois établissements universitaires étasuniens (Michigan, Oregon et Brown) sous prétexte que certains.e.s de leurs étudiants.e.s avaient remis en cause les pratiques de la célèbre multinationale concernant le travail des enfants dans ses usines.6

En conclusion, le G20 se révèle encore une fois être ce qu’il est : un instrument de régulation et d’orientation des principales tendances capitalistes à l’œuvre à l’échelle mondiale. En effet, en 2009, le G8 a affirmé que « suite à l’actuelle crise économique, l’investissement en éducation et en formation est un élément crucial d’une reprise stable et d’un développement à long terme7.» On constate donc que, lorsqu’ils se penchent sur la question de l’éducation, les participants.e.s de ces sommets la conçoivent comme une manière de former des employés.e.s plus productifs et productives ou comme une source de profits potentiels à travers la recherche et surtout pas comme un instrument d’émancipation individuelle et collective.

Face à cette conception capitaliste de l’éducation qui vise à former des automates travaillant à valoriser le capital au bénéfice d’une classe d’exploiteurs, nous proposons une éducation populaire, libre et accessible à tous et à toutes, visant à développer un esprit critique et l’engagement politique. Parce qu’au final, pour penser une société postcapitaliste, il nous faut aussi penser une éducation qui ne soit pas un instrument de reproduction idéologique des dominations sociales actuelles (classes, genre, race, etc.) mais bien un vecteur d’émancipation tant individuelle que collective. Et cette éducation que nous revendiquons, ce n’est qu’à travers les luttes – autant celles quotidiennes que celles de longue haleine – que nous pourrons peu à peu l’élaborer et la mettre en place.
___________________
1 Conseil du patronat, L’éducation supérieure, un investissement rentable et accessible, 2004, p.7.
2 Philippe Hurteau et Éric Martin, Tarification de l’éducation postsecondaire ou gratuité scolaire?, Montréal : Institut de Recherche et d’Informations Socio-économiques, 2007.
3 Fondation Canadienne des Bourses du Millénaire, Y’a-t-il un lien entre l’emploi pendant les études et la réussite scolaire?, Québec, 2009.
4 Amélie Deschenau-Guay et Maxime Ouellet, L’économie du savoir décryptée par Marx, Le Devoir (Montréal), 6 octobre 2007, p. C6.
5 Christian Laval, Les nouvelles usines du savoir du capitalisme universitaire, Revue du MAUSS, n°33, 2009, p.173-184.
6 Ibrahim Warde, L’université américaine vampirisée par les marchands, Le Monde diplomatique (Paris), mars 2001, p.21.
7 G8, People First : Tackling together the human dimension of the crisis, Rome, mars 2009.

Abécédaire anticapitaliste

Après CISM pendant plus d'un an, le comité agitprop de la CLAC sévit maintenant sur les ondes de CKUT à l'Émission Off The Hour un vendredi par mois. La chronique est basée sur la formule d'un abécédaire: une lettre, un mot, une tirade. Ça ne se passe pas dans l'ordre alphabétique, mais selon l'actualité. D comme dénoncer, C comme crosse ou crosseurs. Bonne écoute!



Les idées et la révolte se partagent

DIRA - Bibliothèque anarchiste - 2035 Boulevard St-Laurent Montréal dira @ riseup.net

Disclaimer notice: The host and administrators of this site, as well as the owner of both clac2010.net and clac-montreal.net domain names, in no way encourage illegal activity. The content of this site is compiled strictly for informative purposes. - April 28th, 2010 -

Avis de non-responsabilité : L'hébergeur et les administrateurs de ce site, ainsi que le propriétaire des noms de domaine clac2010.net et clac-montreal.net, n'encouragent personne à commettre des actes illégaux. Le contenu de ce site est compilé strictement à titre informatif. - 28 avril 2010 -

Connexion utilisateur